Accueil  /  Tout savoir sur la Tour Eiffel  /  Les illuminations

Les illuminations

Tous les soirs, la tour Eiffel se pare de son habillage doré et scintille 5 minutes au début de chaque heure, tandis que son phare rayonne sur Paris.

L’éclairage doré date de 1985

Inauguré le 31 décembre 1985, conçu par Pierre Bideau, ingénieur éclairagiste, il comprend 336 projecteurs, équipés de lampes à sodium haute pression de couleur jaune orangé.

Cette illumination, qui rencontre un succès unanime et mondial, a été le point de départ, à Paris et dans les grandes villes de France et du monde, d’un renouveau de la remise en valeur nocturne des monuments.

Les faisceaux lumineux, dirigés du bas vers le haut, illuminent la Tour Eiffel de l’intérieur de ses structures. En remplaçant les 1290 projecteurs en service depuis 1958 qui éclairaient la Tour depuis l’extérieur, ils mettent en valeur la structure métallique fine du monument et éclairent les lieux empruntés par les visiteurs nocturnes jusqu’à la fermeture de la Tour au public. Outre l’aspect esthétique, il est donc également nécessaire à la sécurité du fonctionnement nocturne de la Tour.

L’allumage des projecteurs s’effectue en moins de 10 mn. Il se déclenche à la tombée de la nuit grâce à des capteurs.

En 2004, ils sont remplacés par des projecteurs d’une puissance électrique de 600 watts contre 1 KW auparavant, soit une économie de consommation d’énergie de 40 % environ. Leur meilleur rendement lumineux conserve toute la beauté de l’aspect final.

En juin 2007 les 336 ampoules sont renouvelées à l’identique.

Phare et scintillement à l'occasion du « top de l'an 2000 »

Tour Eiffel : le top de l'an 2000Le 31 décembre 1999 à minuit, le monde entier découvre le phare et le scintillement de la Tour.

Le phare, 2 faisceaux lumineux d’une portée de 80 kilomètres, est constitué de 4 projecteurs motorisés de type "marine". Ils sont pilotés par micro-ordinateur, grâce à un logiciel spécifique et à un automate programmable qui gèrent leurs mouvements. Effectuant une rotation de 90°, ils sont synchronisés pour former un double faisceau en croix pivotant à 360°.

Les lampes sont des Xénon de 6 000 W choisies pour leur longévité de 1200 heures environ. La tête lumière est sur-ventilée pour éviter toute surchauffe, et un système de chauffage se met en route quand la température tombe en dessous de zéro alors que les lampes sont éteintes.

Ce phare rappelle celui de Gustave Eiffel jouant le rôle d'un repère symbolique et universel.

Le scintillement se superpose à l’éclairage doré. Constitué de 20 000 ampoules (5 000 par face) il anime le monument 5 minutes au début de chaque heure une fois que la Tour est éclairée, jusqu’à 1h du matin.

Pour clore le spectacle, en point d’orgue, de 1h à 1h10 du matin, l’éclairage doré s’éteint laissant la place au seul scintillement. Cinq minutes de magie, une vision encore différente à ne pas manquer.

Le dispositif de l’an 2000, prévu pour être éphémère, fut remplacé en juin 2003 par une installation destinée à durer au moins 10 ans.

illuminations-2000-02Le chantier d’installation fut à la « démesure » du monument :

  • 25 alpinistes pendant 5 mois ;
  • 20 000 lampes à éclats (5 000 par face) fixées à la main, une par une ;
  • 40 kilomètres de guirlandes lumineuses et câbles d’alimentation ;
  • 40 000 attaches et 80 000 pièces métalliques diverses, soit 60 tonnes de serrureries et pièces métalliques ;
  • 230 armoires et coffrets d’alimentation sont nécessaires ;
  • 10 000 m2 de filets de sécurité ;
  • Une puissance de120 kilowatts ;
  • Budget total de 4,55 millions d’euros HT.
element graphique

Le scintillement est peu consommateur d'énergie

Les 20 000 ampoules ont chacune une puissance faible de 6 watt et s’allument de façon aléatoire, chaque ampoule étant indépendante des autres. De plus, le passage de la durée de scintillement de 10 à 5 minutes par heure en 2008 a permis de diminuer la consommation d’énergie et surtout un allongement de plusieurs années de la durée de l’installation.

element graphique

Je retourne
tout en haut