Accueil  /  Tout savoir sur la tour Eiffel

Lexique des termes techniques

Tout savoir sur la tour Eiffel

Un terme vous échappe ? Vous souhaitez impressionner vos amis lors d’un dîner ? Consultez notre lexique des termes techniques pour tout savoir du jargon de la Tour.


  • Arbalétriers

    Constituant les plus importantes des structures primaires, ces gros tubes de fers assemblés de section carrée, portent l'ensemble de la Tour depuis le sol jusqu'au sommet. Leur section (90 cm de côté à la base) et leur nombre diminuent avec la hauteur. Il y en a quatre par pile, donc, 4 x 4 = 16 en tout du sol au 2e étage. Au-dessus, dégressivement de 12 à 9.

  • Buton actif

    Pièce d'acier comprimé permettant de maintenir écartés deux nœuds de structure du monument et donc d'alléger les contraintes de compression des pièces du tronçon soulagé.

  • Connecteur

    Pièce d'acier de solidarisation du plancher à la structure primaire et transmettant les efforts à la plate-forme du plancher.

  • Contreventement

    Elément de charpente permettant de raidir un autre élément déformable dans lequel il s'insère (carré ou rectangulaire par exemple).

  • Cornière

    Profilé de fer ou d'acier en forme de L, fabriqué en usine.

  • Crapaud

    Système d'attache formé d'une pince serrée par un ou plusieurs boulons. La technique du crapautage est utilisée sur la Tour en remplacement de la soudure pour fixer les pièces d'acier sur les pièces de fer d'origine là où l'on ne peut les percer de peur d'affaiblir la structure. En effet, la soudure moderne sur le fer puddlé de la Tour est techniquement impossible car elle fragilise le fer. De plus, elle dénature la pureté de la charpente.

  • Entretoises

    Ce sont toutes les poutres creuses et légères que l'on aperçoit sur toutes les faces et qui compose, avec les arbalétriers, la structure primaire de la Tour en liaisonnant et raidissant ceux-ci.

  • Etages

    Ils sont désignés par groupes et ne correspondent pas à ces niveaux numérotés dans l'ordre. En fait, les 1er et 2e étages en contiennent plusieurs. Par exemple, le 2e en contient 6 principaux sans compter les niveaux décalés et les passerelles.

  • Fer puddlé

    Qualité de fer de structure fibreuse obtenue par brassage dans sa phase liquide. Cette technique permet de faire en sorte que le carbone et les impuretés que le métal contient ne soient pas associés à sa structure cristallographique.

  • Flambage

    Se dit d'un support (poteau, arbalétrier, poutre, etc.) qui, subissant une charge trop importante, amorce un mouvement de bombement latéral affectant sa forme rectiligne.

  • Flèche

    C'est la partie de structure (un pylône) située entre le 2e étage et le sommet.

  • Laçage

    Sorte de treillis zigzaguant entre deux profilés à assembler. Ils forment un plan résistant et laissent passer le jour tout en conservant à l'ensemble une résistance comparable à une tôle plane. Ils peuvent être composés de plats, de cornières, ou de tout autre profilé. Les entretoises comportent un laçage sur leurs quatre faces.

  • Membrure

    Partie filante haute ou basse d'une poutre pouvant être constituée par un profilé ou par un ensemble reconstituant une forme de profilé. Par exemple, dans le cas des poutres de 4,90 m. ou de 7,00 m., elles sont en forme de U penché sur les ailes desquelles viennent se fixer des laçages ou des treillis qui constitueront le corps de la poutre.

  • Masque

    Forme décorative cintrée et agrémentée de consoles, moulures, sculptures, etc. placées en façade de la Tour pour masquer la hauteur des poutres de 4,90 m. au 2e étage et de 7,00 m. au 1er.

  • Oreilles

    Sortes d'avancées construites en porte-à-faux en extrémité des grandes poutres diagonales du sommet sur 2 niveaux. Il y en a 8 en tout.

  • Orientation

    Les 4 arêtes de la Tour ainsi que les piles et piliers sont désignés par les points cardinaux. Les quatre faces sont désignées par les lieux marquants sur lesquels elles offrent la vue :
    - Chaillot (la colline),
    - Paris (vers le centre historique),
    - Grenelle (le quartier),
    - Champ-de-Mars (le jardin).

  • Panneau

    La structure de la Tour est divisée en 29 panneaux numérotés en partant du sol. Ils sont nettement affirmés en façade et soulignés dans les parties ajourées par les entretoises disposées en croix diagonales. Cette numérotation instituée dès la conception de la Tour, sert toujours comme repère pour l'exploitation et l'entretien du monument.

  • Pile

    Désigne les "jambes" de la Tour, du sol jusqu'au 2e étage. Il y en a 4.

  • Pilier

    Désigne les "pieds" de la Tour sur lesquels les piles sont posées. Désigne aussi l'ensemble des locaux et les équipements s'y trouvant. On les nomme d'après les 4 points cardinaux.

  • Plat

    Profilé de fer ou d'acier de section rectangulaire très allongée fabriqué en usine.

  • Poutres de 4,90 m.

    Poutres de la structure primaire permettant de liaisonner les 16 arbalétriers entre eux et de supporter le plancher du 2e étage. Elles sont inclinées et leur hauteur est mesurée en rabattement, c'est-à-dire que leur dimension réelle est supérieure à 4,90 m. Leur plus grande longueur de franchissement est de 12,50 mètres environ.

  • Poutres de 7,00 m.

    Poutres de structure primaire permettant de liaisonner les 16 arbalétriers entre eux et de supporter le plancher du 1er étage. Elles sont inclinées et leur hauteur est mesurée en rabattement, c'est-à-dire que leur dimension réelle est supérieure à 7,00 m. Leur plus grande longueur de franchissement est de 38 mètres environ.

  • Grandes poutres diagonales

    Ce sont les 2 principales poutres de contreventement disposées en croix et fixées au-dessus des 4 arbalétriers d'angles au niveau du sommet pour assurer la cohésion de celui-ci. Elles ont une hauteur de 4,50 m.

  • Pylonnet

    Pylône central construit au-dessus des poutres demi-circulaires du sommet et supportant les antennes de transmission hertzienne. C'est la partie la plus haute de la Tour.

  • Rivet

    Pièce d'assemblage en fer doux presque exclusive des éléments de la charpente d'origine. Le rivet avant la pose était constitué d'un corps cylindrique et d'une tête demie sphérique. Après l'avoir porté au rouge dans une forge mobile, on introduisait le corps du rivet dans des trous pratiqués auparavant dans les pièces à assembler que l'on maintenait accolées, on maintenait également la tête du rivet appliquée avec un outil spécial et on écrasait l'autre extrémité à chaud avec d'autres outils de façon à former une double tête. En refroidissant, le corps se rétractait et serrait fortement ensemble les pièces à assembler.

  • Tôle

    Feuille de fer ou d'acier de différentes épaisseurs dans laquelle sont découpées des pièces de dimensions et de formes souhaitées pour façonner les charpentes. Les arbalétriers sont composés de tôles assemblées ainsi que les membrures des grandes poutres.

  • Treillis

    Ils ont le même rôle que les laçages mais sont disposés en croisillons sur des largeurs plus importantes. Les pièces dont ils sont composés sont fixées sur les membrures et peuvent être fixées entre elles au niveau de leur croisement. Les poutres de 4,90 m. et de 7,00 m. comportent des treillis entre les membrures. Ils sont disposés en 2 nappes.

Je retourne
tout en haut