Exposition Universelle 1889

La Tour : clou de l’Exposition universelle de 1889

Mardi 14 mai 2019

Modifié le : 17/05/19

C’est l’Exposition universelle de 1889 qui est à l’origine de la Tour Eiffel. Ouverte au public le 15 mai 1889, la Tour, son attraction principale, a stupéfait le monde par ses dimensions et son audace constructive. Par Bertrand Lemoine.

L’Exposition universelle de 1889 n’est certes pas la première à avoir été organisée en France. L’Exposition de Londres de 1851, la première du genre, avait fixé la barre très haut dans ce domaine, tant en matière d’objets et d’artefacts exposés qu’en termes d’écrin pour les contenir, avec le célèbre Crystal Palace, tout de verre revêtu. Paris avait répliqué dès 1855, avec une première Exposition universelle abritée dans un palais de fonte et de verre érigé sur les jardins des Champs-Élysées. Puis en 1867, le second Empire s’était offert une exposition de bien plus vaste envergure en mettant à contribution tout l’espace du Champ de Mars pour y déployer un immense bâtiment installé au milieu d’un parc semé de pavillons et de fabriques. En 1878, la jeune République française avait voulu montrer qu’elle pouvait aussi bien faire que les monarchies qui l’avaient précédée en déployant de grands bâtiments à charpentes métalliques.

Vue sur le Champ de Mars en 1889
Vue sur le Dôme central sur le Champ de Mars depuis la Tour - Collection Tour Eiffel

Le centenaire de la Révolution française

L’idée d’une nouvelle exposition universelle apparaît au début des années 1880 comme un moyen de relancer l’économie par de grands travaux animés par l’État, tout en proposant à la Nation un projet fédérateur, qui mobiliserait les énergies et contribuerait à recréer un consensus politique au sein de la population. Elle redonnerait à la France son rang parmi les grandes puissances, tout en commémorant le centenaire de la Révolution, ce qui consacrerait symboliquement la jeune république installée depuis dix ans à peine. Dans le contexte d’effervescence intellectuelle et créative, de nouveaux défis sont recherchés. Les portées de plus en plus grandes pour les halles métalliques sont déjà un thème classique des expositions. La course à la hauteur reste encore l’apanage de l’architecture religieuse. Mais les ressources nouvelles qu’offre la technique au 19e siècle positiviste appellent à une transgression de ce qui était le privilège du sacré. 

Sous le signe du fer et de l'acier

Galerie des Industries diverses
Collection Tour Eiffel

Toute entière placée sous le signe du fer et de l’acier, l’exposition se distingue ainsi par ses deux morceaux de bravoure qui émergent au-dessus des édifices qui occupent le Champ de Mars : palais des Beaux-Arts et des Arts libéraux par Camille Formigé, palais des Industries diverses par Joseph Bouvard, dont le dôme aux lumineuses ossatures métalliques peintes en bleu, chargées de chatoyants vitraux, d’ornements et de terres cuites polychromes domine le centre la composition. Au fond de l’esplanade, la galerie des Machines atteint des dimensions inédites.

De l’autre côté, en bord de Seine, trône l’imposante tour Eiffel, qui bat aussi tous les records. Elle s’impose d’emblée comme le clou de l’Exposition et rencontre un vif succès populaire, en recevant plus de deux millions de visiteurs pendant la durée de l’Exposition entre mai et novembre.

En 1889, l’industrie s’affirme ainsi sans complexes, et les édifices métalliques qui composent une scénographie ramassée et cohérente jouent leur rôle de réceptacle pour les produits exposés aussi bien que de manifestes audacieux, qui portent le message de la foi de l’époque dans le progrès technique.
 

Affiche - Chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée - Exposition Universelle 1889 © Collection Tour Eiffel

Bertrand Lemoine est architecte ingénieur et historien. Il a été directeur de recherche au CNRS et directeur général de l'Atelier International du Grand Paris. C'est un spécialiste internationalement reconnu de l'histoire et de l'actualité de l'architecture, de la construction, de la ville et du patrimoine aux 19e et 20e siècles, en particulier de Paris, du Grand Paris et de la Tour Eiffel. Il est l’auteur de 43 ouvrages et de plusieurs centaines d’articles sur ces sujets. Il est actuellement consultant sur les questions architecturales, urbaines, numériques et énergétiques.

Photo Bertrand Lemoine

Cet article vous a plu ? Partagez-le

Réserver un billet

Gagnez du temps, achetez en ligne.

Horaires & Tarifs

Aujourd'hui :
09:30 - 23:45

Tarif :
25.50€

Découvrez la visite ascensionnelle la plus spectaculaire de Paris au tarif maximum de 25€ (billet adulte, accès sommet par ascenseurs).