Les illuminations

Les illuminations

Tous les soirs, la tour Eiffel se pare de son habillage doré et scintille 5 minutes au début de chaque heure, tandis que son phare rayonne sur Paris.

Inauguré le 31 décembre 1985, conçu par Pierre Bideau, ingénieur éclairagiste, il comprend 336 projecteurs, équipés de lampes à sodium haute pression de couleur jaune orangé.

Cette illumination, qui rencontre un succès unanime et mondial, a été le point de départ, à Paris et dans les grandes villes de France et du monde, d’un renouveau de la remise en valeur nocturne des monuments.

Les faisceaux lumineux, dirigés du bas vers le haut, illuminent la Tour Eiffel de l’intérieur de ses structures. En remplaçant les 1290 projecteurs en service depuis 1958 qui éclairaient la Tour depuis l’extérieur, ils mettent en valeur la structure métallique fine du monument et éclairent les lieux empruntés par les visiteurs nocturnes jusqu’à la fermeture de la Tour au public. Outre l’aspect esthétique, il est donc également nécessaire à la sécurité du fonctionnement nocturne de la Tour.

Projecteurs d'illumination

L’allumage des projecteurs s’effectue en moins de 10 mn. Il se déclenche à la tombée de la nuit grâce à des capteurs.

En 2004, ils sont remplacés par des projecteurs d’une puissance électrique de 600 watts contre 1 KW auparavant, soit une économie de consommation d’énergie de 40 % environ. Leur meilleur rendement lumineux conserve toute la beauté de l’aspect final.

En juin 2007 les 336 ampoules sont renouvelées à l’identique.

Tour Eiffel illuminée depuis Champs de Mars

Phare et scintillement à l’occasion du « top de l’an 2000 » 

Le 31 décembre 1999 à minuit, le monde entier découvre le phare et le scintillement de la Tour.

Le phare, 2 faisceaux lumineux d’une portée de 80 kilomètres, est constitué de 4 projecteurs motorisés de type "marine". Ils sont pilotés par micro-ordinateur, grâce à un logiciel spécifique et à un automate programmable qui gèrent leurs mouvements. Effectuant une rotation de 90°, ils sont synchronisés pour former un double faisceau en croix pivotant à 360°.

Les lampes sont des Xénon de 6 000 W choisies pour leur longévité de 1200 heures environ. La tête lumière est sur-ventilée pour éviter toute surchauffe, et un système de chauffage se met en route quand la température tombe en dessous de zéro alors que les lampes sont éteintes.

Ce phare rappelle celui de Gustave Eiffel jouant le rôle d'un repère symbolique et universel.

Le scintillement se superpose à l’éclairage doré. Constitué de 20 000 ampoules (5 000 par face) il anime le monument 5 minutes au début de chaque heure une fois que la Tour est éclairée, jusqu’à 1h du matin.

Pour clore le spectacle, en point d’orgue, de 1h à 1h10 du matin, l’éclairage doré s’éteint laissant la place au seul scintillement. Cinq minutes de magie, une vision encore différente à ne pas manquer.

20 000

Lampes à éclat

Le chiffre
Une installation hors norme

L'installation du scintillement a nécessité :

  • 25 alpinistes pendant 5 mois
  • 40 kilomètres de guirlandes lumineuses et câbles d’alimentation
  • 40 000 attaches et 80 000 pièces métalliques diverses, soit 60 tonnes de serrureries et pièces métalliques
  • 230 armoires et coffrets d’alimentation sont nécessaires
  • 10 000 m2 de filets de sécurité
  • Une puissance de120 kilowatts
  • Budget total de 4,55 millions d’euros HT
Une modernisation en 2003 pour 10 ans

Le dispositif de l’an 2000, prévu pour être éphémère, fut remplacé en juin 2003 par une installation destinée à durer au moins 10 ans.

Le phare, 2 faisceaux lumineux d’une portée de 80 kilomètres, est constitué de 4 projecteurs motorisés de type "marine". Ils sont pilotés par micro-ordinateur, grâce à un logiciel spécifique et à un automate programmable qui gèrent leurs mouvements. Effectuant une rotation de 90°, ils sont synchronisés pour former un double faisceau en croix pivotant à 360°.

Les lampes sont des Xénon de 6 000 W choisies pour leur longévité de 1200 heures environ. La tête lumière est sur-ventilée pour éviter toute surchauffe, et un système de chauffage se met en route quand la température tombe en dessous de zéro alors que les lampes sont éteintes.

Ce phare rappelle celui de Gustave Eiffel jouant le rôle d'un repère symbolique et universel.

Le scintillement est peu consommateur d’énergie

Les 20 000 ampoules ont chacune une puissance faible de 6 watt et s’allument de façon aléatoire, chaque ampoule étant indépendante des autres. De plus, le passage de la durée de scintillement de 10 à 5 minutes par heure en 2008 a permis de diminuer la consommation d’énergie et surtout un allongement de plusieurs années de la durée de l’installation.

Les grands moments de l'illumination de la Tour

La tour Eiffel a de tous temps été l’objet d’une mise en lumière à caractère festif. Au travers des renouvellements constants des sources d'illumination artificielle, la Tour a aussi depuis l’origine profité des dernières innovations en matière d'éclairage : du gaz à l'électricité, des lampes à incandescence à celles au néon en passant par celles au sodium à haute pression, et récemment les leds.

  • 1889 : Le soir de son inauguration, 10 000 becs de gaz soulignent les arbalétriers et les plates-formes. Deux projecteurs au sommet éclairent les monuments de Paris. Le phare bleu-blanc-rouge du sommet est le plus puissant du monde.
  • 1900 : L’éclairage devient électrique. 5 000 ampoules dessinent les arêtes et les arcs décoratifs de la Tour.
  • 1907 : Une horloge géante de 6 mètres installée au deuxième étage donne l’heure en chiffres lumineux.
  • 1925-1936 : Grâce à André Citroën, une féerie lumineuse de 250 000 ampoules de couleur habille le monument. Le nom de Citroën inscrit sur trois faces se voyait à 40 kilomètres à la ronde.
  • 1933-1934 : Une horloge de 15 mètres de diamètre indique l’heure grâce à des aiguilles formées de rayons lumineux. Elle est placée dans le « E » de Citroën.
  • 1937 : Pour l’Exposition des Arts et Techniques, un lustre gigantesque réalisé avec 10 km de tubes fluorescents est installé sous le premier étage. 30 projecteurs de marine habillent la Tour d’une lumière blanche.
illuminations de la tour Eiffel en 1889
Eclairage Bleu-blanc--rouge de la tour Eiffel
Illumination Citroën et horloge
  • 1958 : 1 290 projecteurs sont installés dans plusieurs fosses du Champ-de-Mars pour éclairer la Tour.
  • Noël 1978 : La Tour est décorée d’un sapin lumineux de 30 000 ampoules.
  • 31 décembre 1985 : inauguration du nouvel éclairage de la Tour, élément final du programme de restauration du monument, décidé par la Ville de Paris en 1980. La tour Eiffel est encore aujourd'hui revêtue nuitamment de cette lumière dorée, obtenue grâce à 350 projecteurs à sodium haute pression.
  • 5 avril 1997 : J-1000 avant l’an 2000, le décompte géant apparaît sur la face côté Trocadéro, au deuxième étage.
  • 1er janvier 2000 : à l’occasion du « Top de l’an 2000 » et de son spectacle pyrotechnique inoubliable,  la Tour dévoile son scintillement de 20 000 feux et arbore un nouveau phare au sommet. Le scintillement prévu à l’origine pour être éphémère, est démonté le 14 juillet 2001.
  • 21 juin 2003 : La Tour Eiffel retrouve son scintillement de diamant les dix premières minutes de chaque heure, de la tombée de la nuit jusqu’à 1 heure du matin.
  • 24-29 janvier 2004 : A l’occasion de la célébration du Nouvel An Chinois la Tour a été baignée d’une lumière rouge écarlate, grâce à un savant jeu de projecteurs extérieurs. Le coup d’envoi, donné le samedi 24 janvier, à l'issue du défilé organisé sur les Champs-Elysées, lors d’une cérémonie d’illumination en présence des Ministres français et chinois de la Culture et des Maires de Paris et Pékin est resté en place jusqu’au 29 janvier au matin, soit 5 jours, et fut visible chaque nuit de 17 heures à 7h30 ! Cette mise en lumière de la Tour Eiffel en rouge fut réalisée avec le concours d’Electricité de France.
  • 9 mai 2006 : Une Tour bleue pour les 20 ans de la Journée de l'Europe.
  • 7 septembre au 20 octobre 2007 : le rugby à l'honneur, à l'occasion de la Coupe du monde de rugby qui se déroule en France, la Tour Eiffel s'habille aux couleurs de l'ovalie. Eclairage de couleur verte, du sol au deuxième étage de la Tour, pour rappeler la pelouse, deux faisceaux verticaux lumineux et une barre transversale pour évoquer les buts, un ballon géant de 13 mètres d'envergure suspendu sous le deuxième étage à environ 80 mètres du sol arborant le logo officiel puissamment éclairé, enfin, un écran géant de 120 m2 installé sous le premier étage côté Seine pour donner les résultats de la compétition. Visiteurs du monde entier et Parisiens ont pu continuer à profiter du phare et du scintillement, maintenus pendant l'opération.
  • 30 juin au 31 décembre 2008 : La Tour  Eiffel aux couleurs de l'Europe.
    A l'occasion de la présidence française de l'Union européenne (1er juillet - 31 décembre 2008), la Tour Eiffel, en accord avec la Mairie de Paris, rend hommage à l'Europe. Chaque soir, la Tour se pare à la nuit tombée d'un habillage lumineux bleu agrémenté des 12 étoiles jaunes du drapeau européen. Le scintillement habituel les 5 premières minutes de chaque heure est maintenu.
  • 22 octobre au 31 décembre 2009 : La Tour fête ses 120 ans en offrant tous les soirs un spectacle de lumière.
Illumination de la tour Eiffel aux couleurs de l'Europe
Illumination de la tour Eiffel
Illumination de la tour Eiffel pour la COP21