Peinture de la tour Eiffel

La peinture de la tour Eiffel

La campagne de peinture est un événement important de la vie du monument et revêt, comme tout ce qui est lié à la tour Eiffel, un caractère véritablement mythique : pérennité d'un ouvrage d'art connu dans le monde entier, couleur du monument symbole du paysage parisien, prouesse technique des peintres insensibles au vertige, importance des moyens mis en œuvre.

La protection principale de la tour

Détails d'un pot de peinture utilisé par un des peintres

La tour Eiffel est construite en fer puddlé, matériau dont la longévité est quasi éternelle pour peu qu'il soit repeint régulièrement ! En effet, plusieurs facteurs peuvent mettre en péril ce métal comme la rouille et la pollution inhérente à une grande ville.
Dès la naissance de la Tour, Gustave Eiffel a porté une attention particulière à la conservation du monument qui passait principalement par sa protection par plusieurs couches de peinture.
 « On ne saurait trop se pénétrer du principe que la peinture est l’élément essentiel de la conservation d’un ouvrage métallique et que les soins qui y sont apportés sont la seule garantie de sa durée. 
Cette considération avait pour la Tour une importance toute spéciale, en raison du petit volume qu’avait chacun des éléments qui la composaient, de leur faible épaisseur et des intempéries exceptionnelles auxquelles ils étaient exposés.
» précisait Gustave Eiffel dans son ouvrage « La Tour de 300 mètres ». 

En 130 ans, la tour Eiffel a déjà été repeinte 19 fois, soit en moyenne tous les 7 ans. Depuis 2019, le monument a entamé sa 20ème campagne de peinture, qui durera plus de 3 ans.

7

ans environ

Le chiffre
La tour Eiffel doit être repeinte régulièrement

La tour Eiffel est repeinte en moyenne tous les 7 ans pour assurer sa pérennité. Une fréquence prescrite par Gustave Eiffel lui-même.

Peinture tour Eiffel

L'histoire des couleurs de la Tour

Les campagnes de peinture de la Tour ont parfois été l’occasion de réinventer le paysage parisien ! Du rouge au jaune, en passant par différentes nuances de brun, voici l’étonnante histoire des 8 couleurs de la Tour.

La première couleur adoptée pour la tour Eiffel a été appliquée directement dans les ateliers de Gustave Eiffel à Levallois-Perret, le « rouge Venise » est la couleur qui a fait resplendir la Tour lors de son montage en 1887 et 1888. Couleur recouverte dès son inauguration pour l’Exposition Universelle en 1889 par une couche épaisse de « brun rouge ».

Peinture tour Eiffel

En 1892, la Tour échange cette teinte contre une teinte plus ocre et devient « ocre brun ». En 1899, juste avant l’Exposition Universelle de 1900, la Tour passe au jaune : 5 couleurs dégradées du jaune orangé à la base au jaune clair au sommet sont appliquées et assurent une perception uniforme de la teinte dans le ciel de Paris. Au moment de la pérennisation de la Tour en 1907, Gustave Eiffel opte pour le « jaune brun » qui va être conservé durant 47 ans. La campagne de 1954 marque un subtil retour aux débuts de la tour Eiffel en adoptant une couleur « rouge brun ».
En 1968, une couleur spécialement conçue pour la Dame de Fer et réservée à son seul usage est choisie pour son harmonie avec le paysage parisien. Une teinte semblable au bronze, le « brun Tour Eiffel » que nous connaissons tous.

Le monument profite de sa 20ème campagne de peinture (en cours) pour revenir à la teinte historique de 1907 : « jaune-brun ». Elle correspond en effet à la couleur voulue par Gustave Eiffel au moment où la Tour devenait pérenne.

Les grandes dates

  • 1887/88 : Peinture « rouge Venise », appliquée en atelier avant montage des éléments.
  • 1889 : Application d’une couche très épaisse « brun rouge ».
  • 1892 : La Tour devient « ocre brun ».
  • 1899 : Pose de 5 couleurs dégradées du jaune orange à la base au jaune clair au sommet. C’est à partir de cette campagne que le cycle de 7 ans est retenu pour le renouvellement de la peinture.
  • 1907-1917-1924-1932-1939-1947 : La couleur s’appelle « jaune brun ». La campagne de 1917 connaît un retard dû à la guerre.
  • 1954-61 : Nouvelle couleur pour la Tour Eiffel qui devient « rouge brun ».
  • Depuis 1968 : La couleur « brun Tour Eiffel » est choisie pour son harmonie avec le paysage parisien. 

3

tons

Le chiffre
La peinture appliquée est dégradée en trois tons

Du plus foncé en bas au plus clair en haut pour créer un effet visuel d’uniformité de loin.

Quelques chiffres pour un ouvrage gigantesque

  • 60 tonnes de peinture ;
  • Une cinquantaine de spécialistes de travaux sur charpente métallique en hauteur et sur pylônes, parfaitement insensibles au vertige ;
  • On estime à 15 tonnes environ le poids de peinture érodée entre deux campagnes ;
  • 250 000 m² sont repeints ;
  • 55 kilomètres de lignes de vie (cordes de sécurité).

Les campagnes de peinture : mode d'emploi

Un préalable : les équipements de sécurité

Avant que les peintres n’interviennent, des spécialistes de travaux sur édifices de grande hauteur, posent préalablement les filets de protection et les lignes de vie.

Les lignes de vie 

Les peintres sont équipés de harnais pour travailler sur les poutrelles de la tour Eiffel et leur sécurité est assurée dans les meilleures conditions grâce à l’installation systématique de "lignes de vie" (câbles) qui permettent aux ouvriers de se déplacer en ayant toujours un point d’attache.

Les filets de protection

Des filets de protection sont installés pour sécuriser les zones de travail (antichute d’objets, anti-gouttes). 

La sécurisation des outils

Tous les outils utilisés sont sécurisés par des longes porte-outils attachées au seau de transport, y compris les pots de peinture et les brosses.

Peintre
Peintre
Peintre

Le travail des peintres : diagnostiquer, nettoyer, appliquer la peinture

Chaque campagne est l’occasion de vérifier l’état de la structure en détail et de remplacer le cas échéant des petites pièces métalliques corrodées.  

L'ampleur et la complexité du travail supposent une méthodologie rigoureuse qui comprend une phase préparatoire de recherche des zones les plus corrodées, une mise à nu de ces zones, d’éventuelles réparations structurelles, puis une première couche de primaire antirouille, suivie d'une seconde application de renforcement antirouille. Enfin, une couche de peinture de finition est posée.

Il faut savoir que les peintres travaillent encore aujourd'hui avec des méthodes traditionnelles déjà utilisées du temps de Gustave Eiffel : la peinture de la tour Eiffel s'applique la plupart du temps manuellement à la brosse guipon. 

Selon sa complexité, une campagne de peinture peut durer entre 18 mois et plus de 3 ans, des interruptions dues à la météo, en hiver comme en été, peuvent en perturber le déroulement : il est impossible de peindre sur des structures trop froides et la peinture adhère mal à des structures mouillées.